AccueilIntérieur & ExtérieurComment bien choisir son climatiseur ?

Comment bien choisir son climatiseur ?

Avec l’augmentation des vagues de chaleur, vous pensez peut-être qu’il est temps d’investir dans un système de climatisation. Mais quels sont exactement les différents systèmes, technologies et modèles ? Voici quelques points cruciaux pour vous aider à mieux appréhender ces gadgets.

Le marché de la climatisation individuelle en France est encore à ses débuts, avec un taux d’équipement de seulement 4% (selon l’Agence de l’environnement). Nous sommes à des années-lumière du taux de 90 % obtenu par les deux nations les mieux préparées, les Etats-Unis et le Japon. Cependant, ce secteur est en pleine expansion et un nombre croissant de personnes envisagent de s’équiper. Voici quelques éléments fondamentaux pour vous aider à vous familiariser avec cette catégorie de produits.

Le principe de fonctionnement

Le fonctionnement d’un climatiseur est similaire à celui d’un réfrigérateur : un fluide frigorigène circule dans un circuit fermé. Il récupère les calories stockées dans la chaleur de la pièce et les rejette à l’extérieur.

En général, les experts recommandent que la différence de température ne dépasse pas 7°C. Une différence de température de 4°C donne déjà une sensation de fraîcheur perceptible et agréable.

Ces dernières années, des climatiseurs dits réversibles sont apparus sur le marché. Ils permettent de refroidir l’air de la pièce en été et de le réchauffer en hiver. Pour ce faire, ils inversent simplement le cycle pour diriger l’air chaud dans la maison. Les climatiseurs offrent souvent des fonctions supplémentaires. Ils permettent de contrôler la teneur en eau de l’air, notamment en le déshumidifiant en hiver. Ils disposent également de filtres qui purifient l’air ambiant.

Les différents types de climatiseurs

Le climatiseur mobile

En période de canicule, de nombreuses personnes se rendent dans les grands magasins pour acheter un climatiseur mobile. Cet appareil, généralement sur roulettes, contient tous les composants décrits ci-dessus. Le condenseur n’a pas d’accès direct à l’extérieur. Par conséquent, l’air de refroidissement dont a besoin le condenseur est puisé dans la pièce elle-même. Du point de vue de l’efficacité, c’est loin d’être idéal, puisque la consommation d’énergie pour la même capacité de refroidissement est de 20 à 30 % supérieure. Certaines versions, mais pas toutes, peuvent être reliées à une source d’air externe. En toutes circonstances, les climatiseurs mobiles évacuent l’air chaud par un conduit flexible situé à l’extérieur de la pièce. Comme la gaine passe par une fenêtre ou une porte qui doit rester ouverte, il y a une perte d’efficacité. L’air chaud entre donc par cet interstice. Il existe sur le marché de nombreuses solutions d’étanchéité qui limitent plus ou moins efficacement ce phénomène.

L’idéal est d’utiliser, si possible, une grille de ventilation. Les climatiseurs mobiles sont conçus pour rafraîchir l’air d’une seule pièce et sont principalement destinés à un usage occasionnel. En raison de leur rendement plus faible, ces appareils sont plutôt destinés à de petites pièces, comme une chambre à coucher. Dans un salon de plus de 25 m², ils ont des difficultés.

Lorsqu’ils atteignent leurs limites, ils consomment beaucoup d’énergie pour gagner deux ou trois degrés. Ces systèmes sont assez bruyants, bien que certains modèles disposent d’un mode nuit. Pour les personnes au sommeil particulièrement léger, cela peut être un problème. En revanche, ils présentent plusieurs avantages : Leur prix est tout à fait raisonnable (entre 200 et 700 €) et leur mise en place ne requiert aucun travail ; un avantage important, surtout si vous êtes locataire.

Comme ils sont mobiles, ils peuvent être facilement déplacés d’une pièce à l’autre, ce qui donne une grande flexibilité dans leur utilisation. Ils peuvent également être facilement rangés dans un garage ou un placard.

Climatiseur fixe en format monobloc

Cette forme de climatiseur est relativement en recul du fait de son faible rendement énergétique. En réalité, son architecture reprend celle d’un climatiseur mobile doté d’une seule unité comprenant le condenseur, le compresseur et l’évaporateur. L’air chaud est dirigé vers l’extérieur par un conduit flexible qui passe par un évent dans le mur ou, comme dans le cas des produits mobiles, par une porte ou une fenêtre laissée entrouverte. Les climatiseurs compacts fixes sont peu coûteux à l’achat, mais leur moindre efficacité se répercute naturellement sur votre facture d’électricité. Ils sont souvent réservés aux petites pièces et sont généralement assez bruyants.Climatiseur split fixe

Ici, le système se compose de deux blocs. Le premier est situé à l’intérieur de la maison et le second à l’extérieur. Dans le premier module, nous trouvons l’évaporateur et dans le second les deux composants les plus bruyants, à savoir le compresseur et le condenseur. Comme vous pouvez le constater, ce modèle est moins bruyant et peut donc être placé dans une seule pièce. En outre, son efficacité est meilleure car le condenseur utilise l’air extérieur. De plus, il n’y a pas de gros conduits qui vous obligent à laisser une fenêtre entrouverte. Les deux unités ne sont reliées que par un câble d’alimentation et deux tuyaux de petit diamètre dans lesquels circule le réfrigérant. Les climatiseurs split installés de façon permanente sont probablement la meilleure solution pour rafraîchir certaines pièces de votre maison. L’installation d’un climatiseur split – au moins sa mise en route – doit être effectuée par un professionnel habilité à manipuler les réfrigérants. La plupart des systèmes sont livrés sans charge de réfrigérant, et le professionnel doit le faire fonctionner avec toutes les précautions d’usage. Certains systèmes de climatisation sont déjà chargés de liquide et peuvent donc être installés assez facilement. Toutefois, la législation exige qu’un professionnel soit consulté pour la mise en service : Les sites ne commencent pas à livrer tant qu’un contrat d’installation n’est pas signé.

L’offre commence à partir de 500 € environ et dépasse les 2 000 € pour les solutions les plus performantes.

Il existe des solutions appelées Bi-Split et Tri-Split. L’idée est de combiner deux ou trois unités intérieures pour rafraîchir deux ou trois pièces avec une seule unité extérieure.

Climatiseur centralisé

Il s’agit d’une solution qui doit être envisagée lors de la construction d’une maison ou, à tout le moins, lors d’une restauration importante. Le système est composé d’une unité extérieure qui ressemble à un climatiseur split et d’une unité intérieure qui est installée dans un grenier ou un faux plafond. L’air refroidi est ensuite dispersé dans toute la maison grâce à des conduits et des évents qui ressemblent à des bouches d’aération.

Comment choisir son climatiseur ?

Le type de climatiseur que vous choisissez dépend principalement de votre budget et des travaux que vous pouvez réaliser dans votre maison.

La puissance

La puissance de votre climatiseur est un élément crucial à prendre en compte lors de l’achat, car un système sous-dimensionné fonctionnera à plein régime toute la journée, consommant beaucoup d’énergie tout en étant inefficace. Si le système est trop puissant, vous aurez gaspillé beaucoup d’argent. Le calcul de la puissance nécessaire est difficile car il faut tenir compte de plusieurs facteurs. La surface de l’espace à refroidir est la plus évidente. En réalité, il faut tenir compte du volume de l’espace ainsi que de la hauteur du plafond. En général, les experts recommandent une capacité de refroidissement de 45 W par m³. Pour une pièce de 12 m² avec une hauteur de plafond de 2,40 mètres, un climatiseur d’une puissance d’environ 1 300 W est nécessaire. Il s’agit d’une estimation basée sur les exigences minimales. Ce chiffre augmente avec le nombre de personnes présentes dans la pièce. Tous les experts ne sont pas d’accord sur le nombre de watts qu’il faut ajouter par personne supplémentaire. Il varie de 100 à 200 W. Pour revenir à notre exemple : Si la pièce est occupée par deux personnes, nous arrivons à un maximum de 1 500 W.

Cela reste une estimation, car il faut également tenir compte de la qualité d’isolation de la pièce, de son orientation, de sa situation géographique… à prendre en compte.

Si un climatiseur mobile suffit largement dans notre exemple précédent, un grand salon de 50 m2 avec un plafond de 2,80 m et 5 personnes nécessiterait plus de 7000 W, soit une puissance bien trop importante pour ce type d’équipement. Comme vous pouvez le constater, le choix est également influencé par les besoins de refroidissement.

Le niveau sonore

Un autre point à prendre en compte est celui du bruit produit par le climatiseur. Les appareils split sont les moins bruyants (30 dB(A) en moyenne) et ne constituent pas une gêne pour le sommeil. Les systèmes monoblocs, en revanche, produisent au moins 50 à 55 dB(A) et certains modèles atteignent même 65 dB(A), soit le niveau sonore d’une machine à laver. Il est impossible d’imaginer dormir avec un appareil aussi bruyant.

À titre d’exemple, nous avons jeté un coup d’œil aux caractéristiques d’un modèle haut de gamme de Panasonic, le Heatcharge VZ. L’unité intérieure est particulièrement silencieuse et dispose de trois réglages de vitesse, émettant respectivement 44, 27 et 18 dB(A). Le niveau sonore de l’unité extérieure, en revanche, semble être fixe (49 dB(A)).

Le système Samsung AR35 3,5 kWh, disponible pour moins de 500 € – contre près de 2 000 € pour le Panasonic – est cité comme ayant une pression acoustique de 50 dB(A) et une puissance acoustique de 65 dB(A).

Enfin, nous nous sommes intéressés à Daikin avec le FTXP 71M / RXP71M, un produit réversible super puissant qui atteint une capacité de refroidissement de 7,3 kWh, pour voir si la puissance a un impact sur le bruit généré. Le fabricant donne une valeur de 52 dB(A). Tout d’abord, il faut noter que les valeurs données par les fabricants et sur les sites internet sont différentes et vagues, ce qui ne rend pas toujours la comparaison facile. Ensuite, les blocs externes sont logiquement assez bruyants. Il faut donc les placer avec soin, pour ne pas gêner les voisins. Et si vous avez un appartement, vous devez au préalable demander une autorisation au syndic.

La consommation électrique

Logiquement, pour des raisons environnementales et budgétaires évidentes, on ne peut recommander que les appareils qui consomment le moins d’énergie. Ils sont répartis en 7 catégories, de D à A++. Les climatiseurs mobiles d’aujourd’hui sont presque tous dans la classe A. Les modèles split sont plus efficaces et sont classés entre A+ et A+++. Il faut également privilégier les appareils qui offrent de bonnes performances de refroidissement. Là aussi, nous retrouvons nos 7 classes, de D à A+++.

A performances  » techniques  » équivalentes, vous pourriez être davantage attiré par un design ou des détails ergonomiques particuliers (télécommande, écran…). Côté couleurs, le blanc est souvent la règle, mais certains climatiseurs mobiles sont également disponibles en noir ou en gris.

Quelle alternative aux climatiseurs ?

Le climatiseur bio est également connu sous le nom de refroidisseur d’air par évaporation. Cette méthode est basée sur le principe de transpiration du corps humain. L’air sec et chaud est humidifié. Il est refroidi par l’évaporation. Il est ensuite réinjecté dans la pièce à l’aide d’un ventilateur. Un rafraîchisseur d’air par évaporation dispose d’un réservoir d’eau qui doit être rempli régulièrement. Il consomme peu d’énergie, une cinquantaine de watts, et son prix est inférieur à celui d’un climatiseur mobile : souvent moins de 200 €. Mais ce système est moins efficace, surtout si vous devez laisser une porte ou une fenêtre ouverte pour que l’air de la pièce ne devienne pas trop humide. Son effet est plutôt celui d’un super ventilateur, qui crée une brise agréable et rafraîchissante.

Une bonne unité à double flux peut également empêcher l’air chaud d’entrer dans la maison pendant la journée et évacuer l’air chaud la nuit, en le remplaçant par de l’air plus frais provenant de l’extérieur. Certaines VMC sont équipées de serpentins de refroidissement, ce qui signifie que l’air entrant dans la maison est refroidi par un réservoir d’eau glacée. Une pompe à chaleur peut également refroidir l’air de la VMC.

Conçus principalement pour l’hiver et le froid, les puits canadiens permettent d’abaisser la température de la maison si le chauffage est installé depuis plusieurs semaines. L’idée est de diriger l’air du système de ventilation dans des tuyaux enterrés dans le sol. Le sol possède une inertie thermique qui lui permet de rester frais pendant très longtemps.

Derniers articles

Pourquoi est-il essentiel de faire réviser votre chauffe-eau ?

Il y a peu de choses plus agréables qu'une douche chaude pour se nettoyer et se rafraîchir. Il n'y a rien de pire que d'être...

Comment installer une motorisation sur un portail coulissant ?

La réputation des portails automatiques est bien méritée. Non seulement ils offrent plus de commodité et d'esthétique, mais ils améliorent également la sécurité de votre...

Où installer ses panneaux solaires photovoltaïques ?

Où devez-vous installer vos panneaux solaires photovoltaïques ? Où faut-il placer les panneaux solaires ? Le choix de l'emplacement de vos panneaux solaires photovoltaïques doit être...

Comment redonner sa couleur au rotin ?

Vous voulez donner un coup de jeune à votre chaise en rotin ? Voici comment revernir et repeindre vos meubles ! L'utilisation d'un matériau naturel comme...

Le plus populaires